Dreaming of Disney, forum à propos de l'univers Disney.


    Imagineer un job ou tous les rêves sont possibles ...

    Partagez
    avatar
    pat57
    Admin
    Admin

    Messages : 67005
    Date d'inscription : 08/10/2013
    Age : 53
    Localisation : Lorraine

    Imagineer un job ou tous les rêves sont possibles ...

    Message par pat57 le Mar 14 Mar - 10:35

    [ED92 EXCLUSIF] Entretien avec Eddie Sotto, Show Director : Main Street USA.


    Si vous aimez Main Street USA à Disneyland Paris, vous pouvez remercier Eddie Sotto.

    Après avoir été remarqué par Tony Baxter lors de son travail sur le “Laboratory of Scientific Wonders” pour un parc Six Flags de Baltimore, Sotto a très vite été engagé en tant que Show Director pour Main Street USA à Euro Disneyland, ainsi que pour contribuer au design du Euro Disneyland Railroad et Disneyland Hotel..

    De Town Square au Walt’s, des fameuses Arcades jusqu’au magasin de photo, Sotto et son équipe d’orfèvres ont rempli notre Main Street de nombreux détails.

    À l’approche du 25ème anniversaire de Disneyland Paris, nous avons discuté avec lui de la vision, la création et bien sûr les anecdotes du projet.

    Dans la première partie de cet entretien, nous commençons avec Main Street USA !

    Notre première question concerne Main Street USA et un de ses premiers concepts, qui était basé sur Chicago dans les années 20. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette idée et sur pourquoi elle ne s’est jamais matérialisée ? Regrettez-vous ne pas l’avoir réalisée?

    Je ne regrette pas forcément que cela n’ait pas été réalisé parce que je suis très fier de ce que nous avons accompli. Je pense que l’idée de construire une Main Street sur le thème Années 20, pendant les “Roaring Twenties” aurait été basé sur une période très prolifique, pleine de Jazz, des Etats-Unis, tandis qu’en Europe les gens portaient beaucoup d’attention à cette musique, ce style et ce côté grande ville. Cela représentait un peu plus la vision que les Européens avaient de l’Amérique, par opposition à une charmante petite ville. La France est pleine de charmantes petites villes, donc on a pensé que le concept traditionnel de Main Street n’aurait pas été créé une connexion avec le public.

    On a pensé à un style Années 20 parce qu’il y avait un grand nombre de films hollywoodiens qui se passaient à cette époque et les gens comprendraient, et peut être même voudraient retourner dans le temps et la découvrir. Quand on a commencé le développement, ça a vite coûté cher : on avait un système de train en hauteur, une attraction avec un film a 360 Degrés sur Hollywood … des projets très ambitieux pour Main Street, très loin du concept original. À un moment donné, Michael Eisner a ressenti que cette idée de zone urbaine, moins innocente, ne serait pas convenable, il voulait quelque chose plus proche de l’idée originale du parc.

    L’argent avait aussi sûrement quelque chose à y voir, il a vu le budget, qui était très important avec les attractions. Néanmoins, on a accompli plusieurs choses qui tiennent compte des spécificités climatiques locales, et on a fait des changements sur Main Street, de façon à ce qu’elle ne soit pas une copie conforme de Tokyo avec le toit, ou de la Floride – il fallait quelque chose d’hybride.



    avatar
    pat57
    Admin
    Admin

    Messages : 67005
    Date d'inscription : 08/10/2013
    Age : 53
    Localisation : Lorraine

    Re: Imagineer un job ou tous les rêves sont possibles ...

    Message par pat57 le Mar 14 Mar - 10:38

    suite :


    Et cela nous amené à notre deuxième question : vous nous avec gâtés avec ces magnifiques Arcades que tous les autres parcs nous envient. Qu’est-ce qui vous a poussé à créer ces arcades plutôt qu’un Main Street couvert comme à Tokyo, et comment sont venues les idées de thème?

    Tony Baxter, et il avait raison, et moi-même avons pensé que l’expérience dans Main Street à Tokyo était très désagréable d’un point de vue acoustique. Et avec le toit, on ne peut pas avoir les véhicules. On perd l’effet cinétique, il n’y a pas de mouvement dans la rue, c’est juste un centre commercial couvert.



    Si il y a une chose dont les Européens ont l’habitude, c’est de marcher dans la rue, alors on ne voulait pas faire quelque chose de moindre que ce que l’on peut vivre en Floride ou Californie. Marcher le long de Main Street est une expérience très particulière, avec les calèches tirées par les chevaux. On ne voulait pas perdre ça.

    Alors comment garder cette expérience? Et Michael Eisner a vraiment médité sur la question et a dit c’est vrai, on ne veut pas perdre cette expérience extraordinaire d’être sur Main Street avec le feu d’artifice, la parade électrique et le Château. On perd toutes ces choses quand on met un toit au-dessus. Mais tout de même, on avait besoin d’un concept pour quelque chose de protégé contre la météo – et bien sûr avec le thème de Chicago dans les Années 20 on avait les rails surélevés pour s’abriter – mais sans la possibilité de construire un toit, on a pensé aux Arcades couvertes.

    Il y avait un budget mis à part lié à la météo, pour permettre aux gens de passer d’un Land a l’autre, et c’est comme ça que les Arcades sont nées. Il n’y a pas beaucoup d’Arcades comme celles-ci aux EtatsUnis. La première référence qui nous a été donnée en interne était la Burlington Arcade à Londres. Il y en a une copie à Los Angeles dans laquelle Roy Disney avait investi, donc il y avait déjà une connaissance de ces Arcades. J’ai fait quelques recherches, et j’ai réalisé que les Arcades européennes étaient mieux : il y a en a quelques-unes de renommées à Paris, mais comment les rendre plus américaines, leur donner une histoire et un thème ? En allant vers les différents Lands, on veut presque les transformer en une histoire pour préparer les Guests au Land où ils vont arriver. Du coup, la Liberty Arcade vous emmène à Frontierland et vous explique l’exercice des libertés, et Discovery Arcade vous emmène a Discoveryland, avec tous les modèles d’inventions, la plupart déposés par des inventeurs à la recherche de brevets.

    Nous avions choisi de mettre des modèles d’exposition dans les Arcades parce qu’il nous semblait que les Européens avaient l’habitude d’emmener leurs enfants dans des musées le weekend, plutôt qu’à une fête foraine, comme ils pouvaient percevoir Disneyland. On voulait que Main Street donne une impression de profondeur et de qualité intellectuelle dans tout ce qu’on faisait, et qu’en regardant quelque chose, cette chose vous récompense, vous apprenez quelque chose. Avec les Arcades, j’ai essayé de faire un musée de la culture Américaine, pas seulement la culture populaire mais aussi historique. Les Arcades jouent un rôle dans l’histoire de Main Street, et vu qu’il n’y a pas de Penny Arcade comme dans d’autres parcs, nous avons créé ces Arcades pour donner l’occasion d’apprendre quelque chose, d’entrer un peu plus en profondeur.



    avatar
    pat57
    Admin
    Admin

    Messages : 67005
    Date d'inscription : 08/10/2013
    Age : 53
    Localisation : Lorraine

    Re: Imagineer un job ou tous les rêves sont possibles ...

    Message par pat57 le Mar 14 Mar - 10:40

    suite :

    Etait-il difficile d’intégrer la logistique des magasins – avec des zones de stock qui n’étaient pas situées directement derrière ? Cela a-il été difficile à expliquer à l’équipe des opérations?

    C’est un défi qui a surtout coûté cher : il y a un ascenseur au milieu de chaque Arcade, qui permet de faire passer la nourriture ou les produits par-dessus l’Arcade, et un deuxième ascenseur pour redescendre qui mène vers les pièces cachées des magasins. Les Cast Members peuvent donc amener la nourriture et les produits sans traverser les zones publiques, en utilisant ces ascenseurs, construits dans un pont. Ça faisait partie de l’accord – comment desservir ces zones au niveau nourriture et déchets ? Il y a les déchets du Walt’s Restaurant par exemple: comment allons-nous les sortir de là ? Ces ascenseurs sont la solution.


    Les Arcades ont été créées en plusieurs modules : si vous regardez le design complet, il y a le même design répété plusieurs fois tout au long des Arcades. C’est économique et donne aussi une impression d’élégance. Du point de vue de la construction ça rend les choses raisonnables. De cette façon, chaque magasin peut être conçu avec une vitrine et entrée sur Main Street et une sur les Arcades.

    Quand Frank Wells, alors Président de Disney, est venu visiter le chantier, les Arcades n’étaient qu’au début de leur construction et il n’y avait pas beaucoup de lumière à l’intérieur. Il était inquiet, parce qu’il n’était pas très bon pour visualiser les choses, il pensait que les Arcades allaient être trop sombres et pas assez attrayantes et a dit qu’il voulait quelque chose d’aussi bien que Main Street. Ça m’a donné carte blanche pour rajouter les vitraux, les lampes à gaz et toutes ces choses qui rendent les Arcades plus chaudes et attrayantes. Tout cela grâce au Président de la société qui m’a donné comme mission de donner aux Arcades une expérience de qualité, et pas seulement une expérience secondaire à Main Street.

    À un moment, Michael Eisner et moi-même étions à une soirée, bien après l’ouverture du parc, et il m’a présenté à un producteur de cinéma en sous entendant que j’avais trop dépensé dans les Arcades. Je lui ai répondu: attends un peu, ton partenaire Frank Wells m’a dit de faire ça ! Il m’a dit de les rendre aussi bien que Main Street, ce n’était pas juste moi qui voulait dépenser plus ! Il a trouvé ça drôle, il n’avait pas réalisé.



    avatar
    pat57
    Admin
    Admin

    Messages : 67005
    Date d'inscription : 08/10/2013
    Age : 53
    Localisation : Lorraine

    Re: Imagineer un job ou tous les rêves sont possibles ...

    Message par pat57 le Mar 14 Mar - 10:42

    suite :

    Les Arcades jouent aussi un rôle au niveau du Guest Flow. Au Magic Kingdom, ils ont récemment ouvert des passages de chaque cote de Main Street, mais ils n’ont rien à voir avec nos Arcades..

    La situation est différente. A Paris, les Arcades sont considérées comme une attraction en soit, pas comme une solution pour le Guest Flow. Si on regarde les choses en disant: je veux faire quelque chose qui a un sens, de mémorable, vous approcherez les choses différemment. Pour moi, les Arcades sont un espace à part entière. Si vous allez à Paris et regardez la Galerie Vivienne, et les autres galeries dans toute leur variété, même à Vienne: l’Arcade elle-même est l’attraction, vous allez là-bas juste pour marcher dans les Arcades, et la lumière naturelle à l’intérieur est aussi importante.

    La lumière dans les Arcades a été créée pour changer du jour a la nuit, parce que les lucarnes dans les Arcades n’ont pas de lumière naturelle, elles sont rétroéclairées. A la fin de la construction, nous sommes allés chercher des feuilles d’arbres, et les avons jetées par-dessus les vitres du plafond, pour qu’elle aient l’air d’avoir été recouvertes de feuilles d’arbres. Je suis sûr qu’elles n’y sont plus, mais à l’époque nous étions très passionnés par cette idée.

    A Shanghai, ils ont eu une approche totalement différente de Main Street avec Mickey Avenue, qui n’est pas vraiment une rue. Y êtes-vous allé, et que pensez-vous de leur approche?

    C’est bien différent, et je n’y suis pas encore allé, j’ai entendu des gens dire que ça leur plaisait. Vous savez, chaque culture accepte ou rejette des designs de façon différente. C’est possible que ce soit très adapté à la culture de là-bas.

    Vous nous avez parlé il y a un instant d’une attraction du type film a 360 degrés dans le design Chicago Années 20 de Main Street, Pensez-vous que ce genre d’attraction ait sa place sur Main Street et aurait du être inclus dans le projet final?

    Cette attraction a été conçue avant que quelqu’un ne suggère la construction d’un parc du type Disney MGM Studios à cote du premier parc. On avait proposé quelque chose en relation avec Hollywood, le cinéma muet, et la création du cinéma. On voulait prendre l’idée du Main Street Cinéma, qui était très petit, et le rendre plus grand et théâtral. C’est pour ça qu’on voulait utiliser ces écrans pour rendre hommage à Hollywood. Tout a coup quelqu’un a parlé d’un parc du type Studios, et ça a limité le besoin d’une telle attraction, car elle aurait été très similaire.




    avatar
    pat57
    Admin
    Admin

    Messages : 67005
    Date d'inscription : 08/10/2013
    Age : 53
    Localisation : Lorraine

    Re: Imagineer un job ou tous les rêves sont possibles ...

    Message par pat57 le Mar 14 Mar - 10:44

    suite :

    A l’angle de Main Street, vous avez créé Town Square Photography. Il y a quelques années, Flora ’s Boutique a remplacé ce magasin. Pouvez-vous nous parler du design et raconteur les histoires de la conception de Town Square Photography?

    Tout a commencé au début de ma carrière quand je travaillais a Knotts Berry Farms, un petit parc en Californie du Sud, ouvert par quelqu’un qui a recréé une vielle ville de l’ouest avec des vrais objets d’époque. On pouvait regarder par les fenêtres et voir exactement comment quelqu’un vivait. Je travaillais en tant que designer a Knotts Berry Farm, et une des zones les plus intéressante était l’intérieur des maisons, regarder à travers ces fenêtres, dans le Saloon, la banque, ou l’on pouvait voir des vraies antiquités. J’aurais pu regarder pendant des heures: on voyait vraiment ce que quelqu’un faisait dans cette pièce.



    Sur Main Street à Paris, je voulais que les gens ressentent que quelqu’un y vit vraiment, qu’il y ait des vrais personnages. C’est pourquoi les fenêtres à l’étage ont des effets sonores. Qui vit à l’étage sur Main Street? Ce n’est pas mort! Dans les vraies villes, on peut entendre des choses, alors pourquoi ne pas rendre Main Street vivante ?

    Le magasin de photo m’a paru une bonne occasion de raconter une histoire à propos d’une révolution en cours. Tout comme nous avons une révolution photographique aujourd’hui avec les smartphones où l’on a un appareil photo à tout moment avec soi. En 1880 et 1890, George Eastman a créé le rouleau de pellicule, et à partir de ce moment quiconque pouvait devenir photographe. Avant, il fallait aller dans un studio de photo et quelqu’un prenait votre photo. Ce que Kodak a fait, c’est rendre la photographie accessible à tous et portable, comme un téléphone mobile. Le propriétaire de ce magasin de photo était comme Steve Jobs sur Main Street, et il était très fier de son studio photo.

    Si vous regardez la façon dont l’espace était configuré, c’était un magasin d’une seule pièce, qui avait été agrandi parce qu’il a commencé à développer les pellicules sur place. Pour moi, c’était une façon incroyable de raconter une histoire et de créer un espace personnel où les Guests pouvaient vraiment regarder dans son bureau. J’avais beaucoup de gens pour m’aider – des noms que vous n’entendrez jamais – pour acheter des objets, les installer, après je les approuvais, et pour le bureau je voulais jouer le rôle de l’homme qui l’occupait.

    Pour arranger tous les objets, à la fin, j’ai passé la moitié de la nuit dedans, en imaginant que j’étais cet homme, qui travaillait sur place, j’ai mélangé les papiers, me suis servi du café, et à la fin quand j’ai fini de travailler j’ai dit « ça y est: quelqu’un y a vécu officiellement », et j’ai fermé à clef. C’est comme être un acteur de méthode: vous devenez votre rôle. Je voulais devenir le design et le jouer, laisser derrière une trace, comme si quelqu’un y avait vraiment vécu.



    avatar
    pat57
    Admin
    Admin

    Messages : 67005
    Date d'inscription : 08/10/2013
    Age : 53
    Localisation : Lorraine

    Re: Imagineer un job ou tous les rêves sont possibles ...

    Message par pat57 le Mar 14 Mar - 10:46

    ...

    Aujourd’hui, Town Square Photography a été remplace par un magasin avec une thématique bien moindre. Pensez-vous que de nos jours, le design des parcs est plus neutre, ou que les règles sont dictées plus par les équipes d’Operations et merchandising que les raconteurs d’histoires?


    Je ne suis plus employé depuis une vingtaine d’années, mais je sais qu’ils ont créé un manuel qui dicte où les accessoires peuvent se trouver et où ils ne peuvent pas. Il y a maintenant des standards selon lesquels les magasins doivent être réalisés. Peu importe si les Imagineers essaient de faire autrement, c’est souvent comme regarder le même films Hollywoodien mais avec des acteurs différents. On voit bien la formule, on la ressent dans le design du magasin. Peut-être que d’autres ne voient pas cela et adorent le magasin, mais je pense que ça limite la possibilité de rendre les espaces uniques.

    Il y a un équilibre: vous ne pouvez pas mettre des accessoires partout si le magasin ne rencontre pas de succès commercial. Il faut collaborer avec les équipes du merchandising. Par contre, je trouve que parfois l’équilibre n’est pas respecté. Les équipes merchandising adorent voir des choses intéressantes dans les magasins, c’est cela qui fait rentrer les gens, mais parfois c’est trop axé sur la ‘formule’ avec peut être trop de personnages, ou des accessoires qui doivent être à huit pieds du sol pour faire la place à des grands murs pleins de marchandise éclairée de mille feux. Il semble qu’il n’y ait plus de place pour la diversité. Dans la vraie vie, parce que des gens différents détiennent les magasins, vous avez de la diversité, sinon on appelle ça des chaines de magasins! Il faut vraiment se demander: est-ce que je veux aller me promener dans un village avec des magasins détenus individuellement et intéressant ou est-ce que je veux aller dans un centre commercial et voir des magasins qui ont tous la même formule et le même design?

    Il faut se souvenir que Kodak est plus ou moins une société en liquidation. Alors bien sûr, il n’y a plus besoin d’un magasin de photo de nos jours parce que les gens n’ont plus besoins de pellicules et d’appareils photos. Mais Main Street est basée sur un style de vie qui est obsolète. Alors pour moi, garder des choses qui sont sur le point d’être obsolète, cela fait partie de l’histoire de Main Street, alors peut-être qu’il y avait toujours une place pour l’histoire d’un magasin de photo..

    Rendez-vous très bientôt pour la deuxième partie de notre entretien avec Eddie Sotto, ou nous discutons de l’évolution des thèmes et du design des attractions, de ce que vous ne savez pas sur le Disneyland Hotel, et du 25ème Anniversaire!



    avatar
    tortue57

    Messages : 23316
    Date d'inscription : 22/10/2013
    Age : 73
    Localisation : Moselle

    Re: Imagineer un job ou tous les rêves sont possibles ...

    Message par tortue57 le Mar 14 Mar - 19:39

    merci c'est très bon de lire et comprendre ce métier

    Contenu sponsorisé

    Re: Imagineer un job ou tous les rêves sont possibles ...

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 20 Aoû - 10:05